Produire son énergie

L'énergie ne cesse de coûter de plus en plus cher. Avec la récente loi "Nome" ou Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité, il est fort à parier que cela ne s'aggrave encore. Est-il besoin de rappeler que l'humanité a déjà consommé la moitié des réserves de pétrole sur terre ? L'extraction de la deuxième moitié va devenir de plus en plus coûteuse financièrement et périlleuse pour notre environnement, comme en témoigne la marée noire dans le Golf de Mexico en 2010. La concurrence entre les grandes puissances pour tenter d'accaparer les réserves restantes va à coup sûr donner lieu à de nouveaux conflits commerciaux et militaires.

 



Enfin, investir dans un système de production d'énergie renouvelable est aussi une saine façon de gérer votre patrimoine et de vous prémunir contre l'inflation gallopante des coûts de l'énergie.

Avant de nous pencher sur les différents systèmes de production d'énergie, rappelons que l'énergie la moins chère, est celle que l'on ne consomme pas. En effet, selon l'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie), un ménage moyen peut, en chassant le gaspillage, réduire sa consommation annuelle d'électricité (hors chauffage, eau chaude et cuisson) de 3.000 kWh à 2.300 kWh. Ampoules fluo-compactes, mise hors-circuit des veilles (téléviseur, ordinateur, four micro-ondes), achat d'appareils électro-ménager sobres (classe A ou B) et petits efforts (comme éteindre la lumière en sortant d'une pièce) sont les gestes qui vous permettront de réaliser de telles économies de près de 25 % !

Cet exercice se révèlera payant quand vous aurez à calculer le dimensionnement de votre système de production d'énergie autonome. Sachant qu'en moyenne 1O m2 de capteurs solaires produisent environ 1.000 kWh, ce sont, dans l'exemple de notre famille moyenne 23 m2 de capteurs, qui sont nécessaires, plutôt que 30. Donc aussi une installation moins chère.

Votre système générateur d'électricité 

Il existe un "bouquet" d'énergie renouvelable dont le solaire photovoltaïque, l'éolien et l'hydraulique sont les plus connus. Selon votre lieu de vie vous pourrez puiser dans les "gisements" éolien, solaire ou hydraulique. Un bon gisement éolien, par exemple, signifie que vous avez des vents constants et réguliers qui soufflent sur votre terrain. Pour le soleil, si vous habitez un versant mal exposé ou une région du Nord, il vous faudra plus de capteurs. L'idéal bien sûr est d'intégrer plusieurs sources d'énergie renouvelables à votre système. Cette idée est particulièrement importante à garder en tête lorsque vous êtes encore en quête d'un lieu où vous installer.













Au plus sombre au plus le vent souffle fort. Ressources : guide pratique ADEME :"la production d'électricité

Ressources : guide pratique ADEME : "L'énergie éolienne" raccordée au réseau"

Le choix pour le solaire, l'éolien ou l'hydraulique dépend donc tout d'abord des gisements disponibles. Chaque source d'énergie possède ses avantages et ses désavantages. Les systèmes hybrides offreraient souvent les meilleures performances annuelles moyennes. Le photovoltaïque présente l'avantage de n'avoir pas de pièces mobiles, très peu d'entretien, une grande fiabilité et une durée de vie qui va jusqu'à 25 ans et plus pour les capteurs. Par contre, si vous êtes situé sur un bon gisement éolien vous pourrez probablement produire de l'électricité pour un investissement moins élevé que pour le solaire. En revanche une éolienne est plus demandeuse d'entretiens avec ses pièces mobiles. L'avantage d'une micro-centrale hydraulique est qu'elle tourne 24h sur 24, sept jours par semaine. Un bon débit et une bonne dénivelée produiront plus d'énergie qu'une installation photovoltaïque du même coût. L'ennui, c'est qu'il y a ici aussi beaucoup d'entretien. Notamment pour enlever les débris qui viennent obstruer l'installation.

 

Un système générateur d'électricité comporte les éléments suivants : 

Si vous êtes raccordé au réseau collectif :

Une source de production de courant continu (modules photovoltaïques, éolienne, turbine hydraulique,...) et un onduleur qui permet d'obtenir un courant de qualité constante, utilisable par vos appareils électriques ou réinjectable dans le réseau de distribution collectif. En effet lorsque vous produirez plus d'électricité que vous n'en consommez, le réseau vous servira de batterie. Vous aurez deux compteurs : un pour mesurer ce que vous livrez au réseau et l'autre pour ce que vous consommez.

 

En site isolé, non raccordé au réseau : 

Une source de production (capteurs solaires, éolienne,...). Des batteries servant au stockage du courrant sont bien sûr indispensable. Les batteries utilisées avec des panneaux solaires ou une éolienne sont des batteries à décharge lente (appelée aussi batteries solaires). Ces batteries sont spécifiquement conçues pour les applications solaires ou éoliennes. Les batteries sont le maillon faible d'un système autonome car elles coûtent chers, demandent un certain entretien, sont peu écologiques et ont une durée de vie plus réduite que les autres éléments du système. Etre raccordé au réseau évite le besoin d'avoir des batteries.Entre votre module photovoltaïque, votre éolienne ou turbine et les batteries, il convient d'installer un régulateur solaire. Celui-ci régule la charge du parc de batteries afin d’éviter les surcharges ou les décharges trop profondes. Le rôle du régulateur, aussi appelé contrôleur de charge, dans une installation solaire est très important car le niveau de charge des batteries solaires ne doit être ni trop bas. Des charges trop faibles ou trop importantes non régulées détériorent les batteries et limitent leur durée de vie. Certains régulateurs solaires plus performants proposent des fonctions avancées, telle que le déclenchement automatique de sources d'énergie complémentaires (groupe électrogène ou réseau électrique EDF,...) Et pour être complet, signalons l'arrivée d'une nouvelle génération de régulateurs : les régulateurs MPPT (Maximum Power Point Tracking). Cette nouvelle technologie permettrait de tirer les meilleures performances des panneaux solaires photovoltaiques : de 10% à 25% d'énergie en plus.Un convertisseur, ou onduleur, transforme le courant continu stocké dans les batteries en courant alternatif. Les appareils électriques que vous souhaitez alimenter sont ensuite simplement branchés sur les prises du convertisseur.Un générateur d'appoint (un groupe électrogène, ou une autre source d'énergie renouvelable) est indispensable pour compenser une période sans vent ou sans soleil, au cours de laquelle les batteries pourraient se décharger.



C'est en additionnant les consommations quotidiennes de tous vos appareils électriques (voir les notices) que vous obtiendrez votre besoin électrique quotidien en watts heures (Wh). Par exemple un aspirateur qui consomme 2.000 W et utilisé 30 minutes aura une consommation moyenne par jour de 1.000 Wh. Ensuite, il est mportant de déterminer si votre besoin est constant tout au long de l'année ou bien si vous avez des pics saisonniers (visiteurs,...). Puis il vous reste à déterminer l'autonomie dont vous avez besoin, c'est-à-dire le nombre de jours pendant lesquels vos batteries n'ont pas besoin d'être rechargées (jours consécutifs sans soleil ou vent). Tous ces éléments vous aident à décider de combien de capteurs solaires et de batteries vous aurez besoin ou de la taille de votre éolienne.

C'est un exercice délicat mais heureusement pas sans appel car si vous êtes prévoyant votre système peut-être modulable. Vous pouvez y rajouter des éléments pour compenser un manque (une éolienne, un groupe, plus de capteurs). Contactez l'ADEME ou l'Espace Info-Energie le plus proche de chez vous. Il y a aussi de plus en plus de professionnel compétent pour vous aider à mener à bien votre projet. Pour défricher le terrain vous pouvez vous servir de logiciel gratuit comme Calsol pour le photovoltaïque.

Le solaire photovoltaïque




Pour peu qu'ils soient bien orientés (idéalement : sud; passablement : sud-est ou sud-ouest) et sans ombres (arbres, batiments), ils sont souvent proche de l'inclinaison idéale pour qu'un panneau solaire ait son meilleur rendement. Clipsol, Photowatt et BP Solar sont des fabricants qui nous ont été recommandés par un Espace Info-Energie. Outre les capteurs il vous faudra un bon onduleur. C'est un boîtier à fixer sur un mur proche des capteurs et qui sert à transformer le courant continu produit en courant identique à celui du réseau. Siemens et SMA font de bons onduleurs.

Pour un batîment existant, il suffit de faire une déclaration de travaux avant la pose de capteurs solaires. Si vous vivez dans un immeuble, il faudra obtenir l'autorisation des co-propriétaires. Pour un bâtiment neuf il vaut mieux intégrer les modules dans votre demande de permis de construire.

Votre production annuelle dépendra d'un nombre de facteurs : l'ensoleillement, l'orientation et l'inclinaison des capteurs, les ombrages éventuels, la surface et les performances techniques de votre matéri(onduleur et modules). Pour vous aidez à estimer votre production électrique, adressez-vous aux organismes spécialisés cités plus hauts. Ils pourront également vous conseiller sur les aides financières qui évoluent d'année en année ainsi que sur les prix de revente de votre excédent de production à Electricité de France. Ceci vous permettra de bien mesurer la période pour rentabiliser

votre projet. Et n'oubliez, pas même si actuellement cela ne vous semble pas super-rentable, l'accroissement constant du coût de l'électricité et des énergies non-renouvelables pourrait bien changer la donne dans un avenir pas si éloigné.

 

Liens utiles :

BDPV : Le site BDPV permet aux propriétaires de panneaux photovoltaïques de suivre l'évolution de leur production d’électricité au fil des ans et de la comparer à des installations proches. BDPV aide également à connaître la future production de votre installations, à trouver les installations proches de chez vous, ...

Outils soliares : Vous trouverez des informations sur les aides financières et les organismes publics classées par Région, ainsi que des listes de professionnels "motivés" classées par Département.

Photovoltaique.info : Dans ce centre de ressources documentaires (mis en place par l’association Hespul avec le concours financier de l’ADEME) vous pourrez d’une part puiser les informations utiles pour mieux comprendre ce mode de production d’électricité et d’autre part disposer de l’ensemble des informations nécessaires à la réalisation de projets.

Le solaire thermique

 

Si le solaire photovoltaïque produit de l'électricité à partir de la lumière du soleil, le solaire thermique la transforme en chaleur pour chauffer l'eau domestique. Pensez au tuyau d'arrosage laissé au soleil. L'eau est brulante. Encore plus si le tuyau est sombre. Placez le sous une vitre et elle devient brûlante. C'est le principe du chauffe-eau solaire. Mais ce principe peut aussi être utilisé pour le chauffage des habitations.

Il existe différents modèles de chauffe-eau solaires (à éléments séparés (à circulation forcée ou en thermosiphon) ou le monobloc). Le choix dépendra de votre situation particulière (résidence principale existante ou à construire, résidence secondaire) et des conditions climatiques. Votre espace Info-Energies  pourra vous renseigner.

La production d'eau chaude solaire est possible sous tous les climats européens, mais dans le Nord on aura besoin d'une surface de capteurs plus grande que dans le Sud. Une grande famille aura besoin d'une installation plus importante (capteurs, ballon d'eau). Ici aussi la meilleure orientation est évidemment plein sud. Mais sud-ouest et sud-est ça va encore. Les capteurs solaires peuvent être placés sur un toit un auvent, au sol près de la maison ou en façade. En général ils ont une inclinaison de 45° par rapport à l'horizontale, mais plus ou moins 10° n'a que peu d'impact sur les performances pour autant qu'il ne subissent pas d'ombres portées d'autres bâtiments ou arbres. Car même une ombre partielle aura une conséquences sur le rendement de l'installation.

Les démarches avant installation : pour un bâtiment existant, il faut faire une déclaration de travaux en mairie. Pour un projet de construction : la demande de permis de construire doit inclure le chauffe-eau solaire. Le cas échéant vous pouvez déposer un modificatif de permis de construire.

Sachez que si vous avez un projet d'éco-hameau, l'eau chaude solaire s'adresse aussi à l'habitat collectif.

Il existe de nombreux dispositifs d'aides, allant du crédit d'impôt, à la TVA à 5,5 % en passant par les éco-prêt à taux zéro. Il serait dommage de vous priver de si bons préparatifs. Pour mettre toutes les chances de réussites de votre côté, approchez un installateur labellisé Qualisol. Cela signifie qu'il aura volontairement adhéré à la charte Qualisol, qui comporte 10 engagements de bonne pratique et de qualité du service au client. Seuls les entreprises justifiant des savoirs-faire et des assurances nécessaires (qualifications, formations, références antérieures) peuvent utiliser la charte Qualisol.

Liens utiles: 

Le guide pratique de l'ADEME : "Le chauffe-eau solaire individuel"

Qualit’EnR : l'association qui a créée la charte Qualisol, dédie un site internet au grand public véritable « Portail des installateurs d’énergies renouvelables ».

Ô solaire : Ô Solaire est une marque créée par les industriels de la filière solaire thermique. Elle vise à sélectionner des systèmes solaires thermiques domestiques, dans une démarche de qualité. Le consommateur bénéficie ainsi d’une référence claire pour le choix de matériels domestiques conformes aux exigences normatives et réglementaires. Ô Solaire facilite l’octroi du crédit d’impôt et des aides locales. Elle est reconnu par de nombreuses régions et soutenu par l'ADEME.


Voir aussi :

L'énergie éolienne

L'énergie hydraulique

Le chauffage au bois

La géothermie

Si opter pour les énergies renouvelables est un geste pour la planète, c'est aussi une façon d'éviter d'être pris en hôtage par les multinationales de l'énergie qui fixent leurs prix comme bon leur semblent, par les hausses spéculatives obscures et incompréhensibles et par les aléas politiques mondiaux. Devenir (plus) indépendant énergétiquement, que vous soyez relié au réseau ou pas, est une des priorités des Neosurvivalistes. Vous serez votre propre fournisseur d'énergie et il est peu probable qu'une catastrophe naturelle, un conflit international ou un acte de terrorisme n'affectent vos sources d'énergie. Cette tranquilité n'est malheureusement pas le lot des familles dépendantes d'énergies non-renouvelables et connectées au réseau sans système de sécurité.

Comment dimensionner son système de génération d'électricité :

Dans un projet destiné à alimenter un site isolé, il est impératif de commencer par bien évaluer votre besoin en énergie. Car impossible de compter sur le réseau pour compenser une partie de vos besoins que vous n'auriez pas pris en compte. Pour cela, il faut évaluer à la fois le besoin quotidien moyen, les pics de consommation, et le besoin d'énergie cumulé sur plusieurs jours voire une semaine.

La plus facilement valorisable des énergies renouvelables pour les particuliers. L'installation est relativement simple, modulable et de taille réduite. Que vous soyez en ville ou à la campagne les capteurs solaires s'intègrent facilement. Récemment des fabricants ont intégré des modules photovoltaïques dans les matériaux de construction (comme des éléments de façade, des tuiles...) ce qui les rend plus discrets. Si vous habitez en région de gisement moins riche, il vous faudra plus de capteurs pour obtenir la même puissance électrique qu'en gisement riche. Les toits sont parmi les emplacements les plus adaptés.

NEOSURVIVALISME.COM

Pour créer un monde nouveau, il faut survivre ensemble à l'ancien

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player