L'eau

L'eau est absolument vitale pour notre survie. Nous pourrions survivre plusieurs semaines sans manger mais à peine quelques jours sans boire et nous serions rapidement dans un piteux état. Les besoins en eau potable varient de 2 à 4 litres par personne mais il faut en moyenne de 2000 à 5000 litres d'eau pour produire les aliments quotidiens d'une seule personne.,

Seuls 2,5 % de toute l'eau sur terre est de l'eau douce. L'eau douce se répartie comme ceci :

75 % dans les glaciers et la banquise

14 % dans les aquifères profonds (indisponible)

11% dans les aquifères de 0 à -600 m

0,3 % dans les lacs et les mares

0,06 % dans les forêts et les sols

0,035 % dans l'atmosphère

0,030 % dans les rivières

Moins d' 1% de toute l'eau douce sur terre est disponible pour l'usage humain. On comprend dès lors que l'eau douce est un bien précieux à fortiori quand elle est potable. Il faut donc apprendre à la gérer, la stocker et la préserver avec grand soin, car ce petit pour cent est en plus menacé par la pollution, les contaminations parasitaires, virales et autres.


Faire des réserves pour les cas d'urgence

Les épiceries et supermarchés voient leur stocks d'eau s'épuiser en quelques heures suivant un problème sérieux au réseau ou un événement plus grave. Il est donc recommandé d'avoir de tout temps une réserve d'eau de vingt litre d'eau potable par foyer pour couvrir des couacs de courte durée sur le réseau d'approvisionnement.

Une réserve adéquate pour couvrir les besoins en eau durant deux semaines sera de 50 litres par personne.


Traiter ou purifier l'eau

Ce n'est pas parce qu'une eau est claire, inodore et sans goût, qu'elle est potable ! Toute eau de surface, de puits ou de source est potentiellement polluée et/ou contaminée et doit être bouillie ou purifiée avant d'être bue. Les agents contaminants sont multiples et toutes les techniques de traitement ne sont pas efficaces contre l'ensemble de ces agents. On peut trouver des bactéries (ex.: E.coli), des virus (ex.: hépatite A), des protozoaires (Guiardia), des parasites et des contaminants chimiques (ex.: plomb, arsenic, pesticides).

1.Bouillir l'eau vous débarrassera des bactéries, des virus, des protozoaires et des parasites mais pas des prions (qui sont la cause de la maladie de la vache folle) ni des contaminants chimiques. Il est préférable de bouillir l'eau plutôt que de la désinfecter chimiquement. Il est conseillé de faire bouillir l'eau à gros bouillons pendant une minute au niveau de la mer. Au dessus de 2.000 m, faire bouillir vigoureusement pendant 3 minutes ou utiliser une méthode de désinfection chimique. Pour épurer les contaminants chimiques il faudra encore passer votre eau refroidie à travers un filtre à cartouche charbon actif et/ou céramique.

2.Lorsque vous ne pouvez pas bouillir l'eau vous pouvez la désinfecter chimiquement à l'aide de diverses formes de chlore ou d'iode. La désinfection chimique appliquée selon les recommendations des fabricants éliminera les bactéries, les protozoaires et parasites non enkystés ainsi que les virus. Ici aussi vous devrez filtrer l'eau pour vous débarrasser des pollutions chimiques. Cela présentera aussi l'avantage de retirer le chlore ou l'iode libérés lors du traitement. Notez que certains parasites peuvent survivre au traitement, notamment certains cryptosporidiums. Sachez aussi qu'utilisé de façon fréquente, le chlore et l'iode peuvent nuire à la santé. Les femmes enceintes et les personnes ayant des problèmes de thyroïde ne devraient pas boire de l'eau désinfectée à l'iode. Le dioxyde de chlore en revanche semblerait être également efficace contre les cryptosporidiums sans laisser de chlore libre dans l'eau (mauvais goût). Selon Katadyn, le fabricant de Micropur MP1, les pastilles de traitement au CLO2 ont été préférées au traitement à l'iode par l'armée américaine. Micropur MP1 n'est cependant pas annoncé sur le site de Katadyn francophone. Pour en savoir plus. Si vous avez une âme de chercheur et que vous aimez faire des expériences en marge, penchez-vous (sous votre propre responsabilité) sur le MMS, le Chlorite de Sodium en solution liquide. Ajouté à l'eau il la purifierait efficacement. Mais présenterait également un intérêt médical encore à démontrer selon les protocoles scientifiques.

3. Stérilisation aux U.V. Il existe un nouveau produit très pratique, nommé SteriPEN™. Pas plus grand que la main, le SteriPEN utilise la lumière ultraviolette pour purifier l'eau en quelques instants. Il faut une minute à une minute et demi pour tuer bactéries, virus et protozoaires (dont les Cryptosporidium et Giardia). Pour un résultat optimal il faut que l'eau soit claire pour que les U.V. la traversent entièrement. Cependant le fabricant annonce qu'une eau avec un certain degré de turbidité peut être traitée efficacement. Mieux vaut filtrer l'eau avant de la traiter. Par contre le SteriPEN est tellement pratique qu'on peut s'en servir dans les restaurants pour traiter son verre d'eau en cas de doute. Vidéo de démonstration.

Du même fabricant, le SteriPEN sidewinder, n'a même plus besoin de batteries. Une manivelle sur le côté permet d'activer la lampe U.V. le temps de traiter votre eau. Pour trouver un revendeur dans votre pays.

4. Traitement aux oxydants. Développé avec l'armée américaine le MIOX de MSR est un épurateur ultra-léger qui est réputé être efficace contre les bactéries, les virus et les protozoaires. Mais à l'instar du SteriPEN, MIOX ne retire pas les contaminants chimique de l'eau. En savoir plus. 

5. Filtres à eau portables. Il existe quantité de filtres à eau. Mais ils ne sont pas tous capable de filtrer tous les contaminants. Certains filtres ne vous débarrasseront que des bactéries. Il est important de bien lire les notices des fabricants. Les filtres finissent aussi par se boucher. Il peut être intéressant de pré-traiter l'eau chimiquement avant de la filtrer pour être plus sur de son coup. La filtration enlèvera alors le mauvais goût d'iode ou de chlore. On peut aussi commencer par filtrer et passer le SteriPEN après pour tuer les micro-organismes qui seraient passés à travers le filtre. Une grande marque de filtre est Katadyn, qui avec sa gourde MyBottle (50 euro) avec filtre ViruPur retient même les virus. Durée de vie de la cartouche : 100 litres. Avec des cartouches de rechange à 40 euros, ça commence à faire cher le litre quand on compare à la Lifesaver Bottle de LifeSaversystems :

Lifesaver Bottle. Ultra légère et pratique. Les tests de contrôle démontreraient que plus de 99.999995 % des bactéries et plus de 99.999 % des virus sont retenus par le filtre. Le filtre vous débarrassera également des kystes, parasites et autres contaminants micro-biologiques. Le charbon actif réduit les résidus chimiques tel que les pesticides, métaux lourds, résidus médicamenteux. Des cartouches de 4.000 et 6.000 litres ! L'intérêt d'une bonne filtration c'est que vous buvez une eau sans les résidus chimiques d'un traitement à l'iode ou au chlore et sans "cadavres" de micro-organismes tués par les traitements chimique, les U.V. ou l'ébullition. Suivez la micro-conférence/démonstration de son inventeur, Michael Pritchard (cochez l'option sous titres en français juste à côté du bouton "play").













A Neosurvivalisme.com nous penchons pour l'achat d'un bon filtre et d'un SteriPEN pour faire un après-traitement de sécurité. Si tout cela vous paraît encore un peu confus : "qu'est-ce qui est efficace contre quoi?", Katadyn propose un tableau de synthèse intéressant qui malheureusement ne reprend pas les filtres de LifeSaversystems. A notre avis et après lecture des fiches techniques, si la LifeSaver Bottle était inclue elle recevrait une boule verte sur toutes les lignes pour un prix au litre filtré inférieur.

Pour traiter de grandes quantités d'eau pendant un laps de temps importants, des filtres plus lourds que les filtres portables évoqués plus haut, seront nécessaires. Les filtres à gravité évitent d'avoir à pomper longuement pour préparer son eau. Vous trouverez ce type de filtre chez Katadyn. A noter que LIFESAVERsystems a intégré la technologie des Lifesaver Bottles dans des jerrycan-filtres qui peuvent filtrer de 10.000 à 20.000 litres d'eau puisée à peu près n'importe où.


Stocker l'eau

Les bactéries se développent rapidement dans une eau stockée dans de mauvaises conditions. Il existe différentes solutions pour inhiber ou neutraliser les bactéries. L'une d'entre elle est "vieille comme le monde". En effet depuis longtemps les gens (qui en avaient les moyens) ont conservé l'eau dans des récipients en argent. On raconte que les pionniers d'Amérique mettaient des pièces d'argent dans leurs récipients. L'argent a des propriétés anti-bactérienne avérées. C'est pourquoi certains fabricants proposent des produits à base d'argent pour protéger l'eau de stockage. Katadyn : "Les ions d’argent sont attirés vers les bactéries par absorption polaire. Ils pénètrent la membrane et endommagent l’ADN empêchant par là même la croissance de la bactérie attaquée. Le circuit respiratoire est attaqué puis bloqué provoquant une réaction en chaîne jusqu’à la mort de la bactérie." Voyez la gamme Micropur Classic MC.

Dans l'absence de produits tout prêts, vous pouvez, si vous possédez un générateur d'argent colloïdal (lire plus), préparez une solution à ajouter à votre eau de conservation. La société canadienne Sota, commercialise des petits générateurs fort pratiques qui sont aussi des instruments de santé alternatifs.

Citernes et réservoirs :

Si vous disposez d'une source ou d'un puits, vous voudrez stocker votre eau potable pour les périodes ou elle se fait plus rare. Il existe de nombreuses solutions. En voici deux sur le marché:

PROBANET CITERNES  propose une gamme très large de citernes en polyéthylène allant de 125 litres à 3200 litres. Ces citernes sont de qualité alimentaire et conviennent donc au stockage de l'eau potable et de tous les produits compatibles avec le polyéthylène.

SODEVEAUX  propose des solutions de récupération d'eau de pluie et de stockage de liquides en réservoirs souples. Stockez de l'eau potable et des liquides alimentaires très simplement grâce à leurs réservoirs souples, cuves souples ou citernes souples aillant reçus une attestation de conformité sanitaire.

Vous pouvez aussi construire vous-même des citernes ou réservoirs de stockage. Il existe peu de littérature sur le sujet en français. Par contre vous ne manquerez pas de lectures précises et détaillées en anglais.

Accès à l'eau et protection des sources :

Puits et sources seront mis à l'abri de toutes contaminations. Votre eau potable est précieuse. Respectez les distances obligatoires ou raisonnables pour les différents types d'activité (étables, compost, toilettes sèches,...). Il faut, par exemple, au moins 35 m entre votre système d'assainissement et une source, un puits ou un captage destinés à l’alimentation humaine. Cette distance réglementaire peut servir d'indication pour les autres activités et usages du sol. Vous trouverez ici une plaquette de la DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales (FR)) pleine de bons conseils. 

En cas de coupure du courant électrique et en l'absence d'autres formes d'énergie, vous devrez prévoir l'achat d'une pompe à main adaptée aux caractéristiques de votre puits. Pour trouver des pompes en France voir Grillot, au Canada ou aux U.S.A.

Si vous avez accès à un ruisseau ou une rivière en aval de votre habitation vous pouvez vous servir d'une pompe à bélier pour faire remonter l'eau sans travail manuel ou électricité, 24h sur 24, 7 jours sur 7. Il existe plusieurs fabricants. La pompe Glockemann est extrêment simple et ingénieuse. Regardez la à l'ouvrage :

NEOSURVIVALISME.COM

Pour créer un monde nouveau, il faut survivre ensemble à l'ancien

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player